JARDIN CONTEMPORAIN

Piscine :
L’heure de se jeter à l’eau

Une piscine a pleinement sa place dans un jardin contemporain, même si elle n’est bien sûr pas une obligation en la matière. Si les prix se démocratisent de plus en plus, elles ne sont en effet pas encore à portée de toutes les bourses, alors que vous devrez prendre aussi en compte le coût d’un entretien régulier (voir ci-dessous).

Les modèles hors sol, moins coûteux, sont cependant à éviter si vous désirez conserver le caractère esthétique, zen, épuré et minimaliste de votre lieu de ressourcement.

Fibre de verre, PVC ou bois

La piscine (semi-)enterrée est ainsi un véritable projet de construction et d’investissement à long terme, qui mérite mûre réflexion. Dans ce cadre, et avant de vous jeter à l’eau, vérifiez bien avec un professionnel que le terrain de votre jardin est bien apte à accueillir une piscine, dès avant la réalisation d’une dalle en béton et de l’installation d’un réseau sous-terrain de canalisation!

Parmi les différents matériaux, une coque en résine et fibre de verre est la solution la plus facile à mettre en oeuvre et la plus abordable financièrement (entre 10.000 et 30.000 euros), alors que le choix de formes est plus réduit que celui des piscines maçonnées. La coque en PVC (de 15.000 à 45.000 euros) offrira des possibilités de conception plus originales, tant au niveau des contours extérieurs que sous-marins. Enfin, une piscine en bois est également facile à mettre en place, mais ne permet pas les formes arrondies et demande un drainage efficace de l’eau.

Etanchéité

Si la structure est bien évidemment étanche à la base (que ce soit en béton coulé ou une coque en fibre de verre), une peinture à base de caoutchouc assurera une protection supplémentaire au support et facilitera l’entretien. La peinture devra cependant être renouvelée après quelques années, mais vous épargnera des désagréments plus conséquents. La pose d’un carrelage est également possible.


Liner

Si la structure n’est pas étanche (bois, panneau), vous devrez opter pour un “liner”, à savoir la pose d’une poche d’environ 0,8 cm d’épaisseur sur la structure (de 15 à 30€ le m2), afin d’empêcher l’eau de stagner et de permettre à celle-ci de se renouveler en permanence, protégeant votre installation des moisissures.


Filtration et nettoyage

Enfin, soulignons que l’entretien et le filtrage d’une piscine ne sont pas toujours un jeu d’enfant. Dans ce cadre, les poches filtrantes offrent une bonne filtration des impuretés pour un coût raisonnable, l’inconvénient est le fait de devoir les nettoyer régulièrement. Le filtre à sable est le système le plus répandu (et abordable financièrement), en étant relié aux égouts pour l’évacuation des surplus tantis que le sable sera à changer environ tous les 5 ans. Le chlore (5€ le kilo) offre également un bon rapport qualité/prix, mais doit être utilisé avec modération car il peut entraîner des allergies ou irritations de la peau. Là aussi, optez pour le système le plus fonctionnel possible, sous les conseils de votre installateur de piscine.

Vu tous ces éléments, nous vous conseillons vivement de réaliser des devis adaptés à votre budget et vos souhaits auprès de différents professionnels. Et donc de bien réfléchir à la taille de l’installation ainsi qu’à sa forme, les matériaux, le type de bassin, mais aussi (et surtout) aux équipements indispensables en matière de filtrage et de traitement de l’eau.

Vérifiez également la qualité du service après-vente des installateurs de piscine, ainsi que les assurances et les garanties proposées. D’expérience, il est en effet rare qu’une piscine soit un long fleuve tranquille au fil des années d’utilisation!